St Vincent de Paul

reconversion du bâtiment Marcel Lelong

Lieu: Paris XIVe
Catégorie: logements
Date: concours en 2019
Type: logement
Client: Quartus, Habitat & Humanisme / Paris & Métropole aménagement.
Statut: projet lauréat, en études
Surface: 8 450 m² SHAB
Montant: 24 M€
Mission: architecte, associé à Lacaton & Vassal

CONTEXTE

 
Le projet s’inscrit dans le cadre de la transformation du site de l’hôpital Saint-Vincent-de-Paul, né du transfert de l’institution des Enfants trouvés, dans le bâtiment de l’oratoire en 1795.

La clinique Marcel Lelong est projetée en 1948 dans le cadre d’un plan de modernisation de l’établissement. Elle est réalisée entre 1954 et 1956. Une crèche a été adossée à la clinique en 1984.

La conception du bâtiment rend compte de la modernité de l’époque.
L’hôpital a été désaffecté de sa fonction en 2012 et un projet de transformation a été engagé par la ville de Paris.

Le projet de transformation vise à rénover l’existant mais aussi à densifier le site et à aménager de l’espace public pour y créer un quartier urbain d’habitation.

Dans l’attente du développement de ce projet, l’installation des Grands Voisins constitue une expérience préparatoire à la mutation de ce site, en créant un lieu initiant des pratiques sociales, solidaires et participatives, qui doivent influencer un mode de déroulement du projet urbain et contribuer à fabriquer un autre mode de vie urbaine, fondée sur la cohabitation, la participation et la solidarité.

Le bâtiment Lelong, sur lequel porte notre projet, est situé dans la partie Ouest du site de l’ancien hôpital. Il fait face à la Fondation Cartier et surplombe son jardin.

L’objectif du projet est de créer un ensemble de logements, en accession et locatif social, ainsi qu’un petit potentiel d’espaces d’activités. La surface totale attendue, plus importante que la surface disponible dans le bâtiment existant Lelong, implique la densification du site et donc la création d’extensions.

Pour réaliser ce programme, le projet porte sur :
• la rénovation du bâtiment Lelong en exploitant au mieux tous ses espaces et ses qualités spatiales,
• la création d’extensions,
• le re-création d’un environnement végétal.
 

INTENTIONS

 

LOGEMENTS

Une qualité spatiale maximale pour tous les logements sans distinction.

Des espaces généreux pour favoriser l’appropriation.

 

La qualité du logement et ce qu’il offre à ses habitants est l’objectif principal du projet.

Pour la transformation du bâtiment Lelong, notre ambition est de réaliser de très beaux logements, agréables à vivre, et qui offrent une belle qualité de vie, quelque soient les habitants, accédant ou locataire, sans distinction, et quel que soit l’emplacement, dans l’existant ou dans le neuf.

Notre démarche dans la conception des logements est de rechercher des espaces plus généreux avec l’idée que plus d’espace crée de la liberté d’usage et permet plus de convivialité.

Le potentiel particulier des deux situations sera exploité pour créer des qualités spécifiques : qualité particulière des espaces de 4 m de hauteur sous plafond dans l’existant, transparence, ouverture et jardins d’hiver pour les logements neufs. Dans les deux cas, les espaces traversants ou à double orientation seront systématiquement recherchés.
 

L’EXISTANT
Faire avec ses qualités, agir dans le sens de l’existant.

 
Etablir une coexistence claire et contrastée entre l’existant et l’architecture créée.

Le bâtiment existant a un caractère architectural et une identité forte. Sa capacité n’étant pas suffisante pour répondre aux besoins du programme, il est nécessaire de construire pour densifier le site et compléter le bâtiment existant.

Notre démarche est d’agir dans le sens de l’existant, de faire avec et additionner, plutôt que déstructurer.

Partant d’un existant et de ses qualités indéniables, le projet exploite toutes les qualités, les espaces existants, utilise toutes les surfaces disponibles, réutilise avec précision et parcimonie les éléments architecturaux et constructifs, évite les destructions injustifiées, les travaux lourds, les perforations qui changeraient sa constitution. Le projet se fonde sur ces principes pour ne rien perdre des valeurs du lieu, des ressources et des qualités qui sont déjà là : espaces, matériaux, végétaux.

Le bâtiment est conservé dans son intégrité, spatiale, architecturale et structurelle, sans modification de son volume et de ses façades.

La nouvelle architecture sera clairement identifiée, contemporaine, très ouverte, transparente et sera juxtaposée avec précision et discernement sans chercher ni à se confronter, ni à s’effacer.
 

APPROCHE ENVIRONNEMENTALE
Ré-utiliser l’existant au maximum de sa capacité sans destruction.
Construire efficacement en utilisant le moins de matière possible.
Une conception bio-climatique pour la thermique et le confort du bâtiment.

 

Les matériaux existants sur place sont conservés ou réutilisés après un inventaire précis de l’existant.

Des modes de construction secs, des structures légères privilégiant les systèmes d’assemblages simples seront mis en œuvre pour la construction neuve, dans le but d’éviter ou de réduire les impacts destructifs et reprises des structures existantes.

La conception des bâtiments neufs privilégie le comportement passif du bâtiment dans la conception, c’est à dire la valorisation des apports solaires, le principe d’espace tampon thermique et la ventilation naturelle par des espaces traversants.
 

PAYSAGE

Conserver, réparer, conforter, amplifier, le potentiel végétal déjà présent.

 
La végétation qui s’est développée sur celle d’origine a créé un milieu végétal composé d’une flore et d’une faune indigène très précieux pour le site et le bâtiment.

Le jardin central, la périphérie du bâtiment, les cours anglaises seront réparés et renforcés pour former un ensemble végétal continu, dans toutes les dimensions, qui se rattache et s’inscrit naturellement dans la continuité végétale et la biodiversité du jardin de la Fondation Cartier.

Il reconstitue un sol modelé, en pente, horizontal, vertical, qui recrée un socle naturel pour le bâtiment, favorisant l’intégration du sous-sol comme un nouveau rez-de- chaussée.

La végétalisation des toitures terrasses se fera dans la continuité.
 

IMPLIQUER L’HABITANT

Des espaces communs conviviaux et un espace du logement plus généreux, pour faciliter l’appropriation et les relations entre habitants.

 
Les espaces communs par leur situation entre ville et jardin, et par leur qualité seront des lieux de convivialité et de passage, agréablement situés, et leur capacité multiple permettra aussi des évènements, des actions, des rencontres ouvertes à des invités extérieurs.

La convivialité et les relations sociales partent d’abord du logement. Un logement où l’on se sent bien, où l’on a un peu plus de place, un peu plus de liberté, permet à chacun d’inventer dans son espace, mais aussi d’inviter et de recevoir, ses voisins ou les enfants des voisins. Le logement participe ainsi, à sa manière, de l’espace commun en tant que premier espace de relation. Nous pensons que l’espace collectif ne doit pas être une compensation d’un espace privé trop petit et qu’il est d’autant mieux utilisé si l’espace du logement n’est pas étriqué et restreint.

L’attention égale de qualité et de générosité d’espace que nous portons à tous les logements sans différence quels que soient les habitants, sera aussi essentielle pour créer un climat d’ouverture et de relations.
 
 

Site : Paris / France
Dates : concours lauréat en 2019
 
Client : Quartus / Habitat & Humanisme / Paris & Métropole aménagement
 
Architectes :
Anne Lacaton, Jean Philippe Vassal, Gaëtan Redelsperger
Paysagiste :
Cyrille Marlin
 
Bureaux d’études :
Bollinger + Grohmann (structure), atmoslab (études environnementales), Élogia (chauffage, ventilation, électricité, plomberie), VPEAS (économiste), Gui Jourdan (acousticien)
 
Programme : 137 logements + locaux d’activités
Surface : 8 450 m² SHAB + 1200 m² locaux d’activités
Coût : 24 M€ HT
 
Images : le bureau jaune